L’actualité de MyCercle

LE DIALOGUE NUMERIQUE DES CABINETS D’AVOCATS AVEC LEURS CLIENTS – UNE FRACTURE NUMERIQUE ?

09 mars 2016 -

Une étude exclusive MyCercle auprès de 1840 cabinets dans 13 barreaux. Lire le communiqué.

Une étude MyCercle éclaire les pratiques numériques des cabinets d’avocats français avec leurs clients. Elle met en lumière que la grande majorité des cabinets utilisent encore très peu internet pour dialoguer avec leurs clients et qu’ils le font de manière peu sécurisée. Cette faiblesse se retrouve chez les très grands cabinets français qui apparaissent en retard sur leurs collègues anglo-saxons. Mais la situation est susceptible d’évoluer rapidement du fait de cabinets qui ont parfaitement pris le tournant numérique, de la pression de nouveaux acteurs (‘legal techs’) et des attentes des clients en matière de proximité et de sécurité.

                                                                                                          .

Un déficit de proximité

—Peu de sites internet dans les petits cabinets

Les petits cabinets restent peu équipés en site internet : 1 cabinet individuel sur 3 seulement en est équipé. Le taux n’atteint 9 sur 10 que pour les cabinets de plus de 10 avocats. Ces taux sont plus faibles que pour les entités de taille comparable dans d’autres secteurs.

—Peu de fonctionnalités vers les clients

Les sites internet sont essentiellement des vitrines classiques destinées à rassurer les futurs clients. La partie dynamique est généralement constituée d’un formulaire de prise de contact et d’informations juridiques, fournies par des prestataires spécialisés ou plus rarement par le cabinet lui-même. Seulement 1 cabinet sur 100 offre sur son site des fonctionnalités réservées aux clients.

—La porte ouverte à la concurrence numérique

En exploitant peu le numérique pour se rapprocher de ses clients, la profession s’expose au risque que des nouveaux venus (‘legal techs’) comblent ce qui apparaît comme un déficit de proximité numérique.

                                                                                                           . 

Un déficit de sécurité

—Des échanges numériques non sécurisés…

Même si la plupart des cabinets utilisent encore le dossier papier, les échanges avec les clients se font de plus en plus sous forme numérique, mais très majoritairement de façon non sécurisée, sous forme de mails et pièces jointes exposés au piratage ou aux erreurs de destinataire. Seulement 1 cabinet français sur 100 est équipé d’espaces client sécurisés accessibles depuis son site.

…même dans les grands cabinets

Le retard existe même pour les très grands cabinets (ceux de plus de 100 avocats) et paraît spécifiquement français : 1 grand cabinet français sur 3 seulement est équipé, contre 6 grands cabinets anglo-saxons présents en France sur 7.

—Une sécurité globale fragile

L’attention de la profession s’est jusqu’ici portée presqu’exclusivement sur les échanges en amont (entre les avocats et les juridictions), probablement les mieux sécurisés d’Europe, plutôt que sur les échanges en aval (entre les avocats et leurs clients). De ce fait, la sécurité globale de l’écosystème juridique français paraît fragile, ce qui peut également renforcer la position de nouveaux venus, faisant valoir qu’une meilleure sécurité numérique s’ajoute à leur plus grande proximité.

                                                                                                           .

L’apparition d’avocats entrepreneurs ouvrant des espaces numériques à leurs clients

—Un dynamisme numérique naissant…

Les données moyennes cachent la diversité et le dynamisme de la petite proportion de cabinets équipés d’espaces d’échange avec leurs clients. On les trouve dans toutes les tailles de cabinets, y compris les cabinets individuels.

—…aux motivations diversifiées…

La présence d’espaces client signale un site marchand (consultations en ligne, modèles d’actes…) ; une clientèle axée sur les nouvelles technologies ; l’optimisation des échanges de documents liée à une spécialité (divorce, permis de conduire, recouvrement de créances…) ; le passage d’associés par des cabinets internationaux ; la numérisation interne et l’ouverture d’une partie du dossier du cabinet au client…

—…et soutenu par des contraintes incontournables

Cette évolution positive est renforcée par des facteurs de changement puissants. Les espaces client sécurisés deviennent un standard auquel s’habituent les clients des avocats, personnes physiques ou entreprises. Les exigences de sécurité numérique des clients augmentent également. Et de nouvelles offres numériques très simples apparaissent, assurant sécurité et proximité dans les échanges.

                                                                                                           .

L’étude a été conduite auprès d’un échantillon de 1840 cabinets dans 13 barreaux. Cet échantillon rend compte de la diversité des cabinets français (un tiers des 60.000 avocats exercent en cabinet individuels, quand près de 10% exercent dans des cabinets de plus de 100 avocats).

                                                                                                           .

L’étude complète peut être obtenue gratuitement surhttp://avocat.mycercle.net

Contact presse : christine.altuzarra@mycercle.net / 06 09 02 14 76